AETERNUS★LUMINARE


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Invisible, intangible [Pv Niverli ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Fox J. Anderson
Poufsouffle
━ « I don't Care ! »
Poufsouffle ━ « I don't Care ! »
Fox J. Anderson

ϟ Hiboux : 8
ϟ Gallions : 5015
ϟ « J'aime » : 1
ϟ Entrée à Poudlard : 18/05/2012
ϟ Baguette Magique : 32,6 cm, mélèze et plume de phénix

MessageSujet: Invisible, intangible [Pv Niverli ]   23.05.12 3:40

Citation :
01. Miroir
02. Ours en peluche
03. Adopter
04. Billywig (#Lien)
05. Durmstrang (#Lien)
06. Grimoire
07. Patronus (#Lien)
08. Fillette
09. Beuglante (#Lien)
10. Kiwi

Il avait fait étonnement beau aujourd’hui, et maintenant que la journée tirait à sa fin, les derniers rayons du soleil, inespérés, venaient teinter de rouge les nuages qui se reflétaient dans le lac comme dans un miroir. En regardant ce coucher de soleil splendide, Fox se fit la remarque que c’était certainement la seule chose de bien qui lui soit arrivée dans la journée. La vie était parfois ironique... Le réveil s’était pourtant passé sans anicroches. Levée à l’aurore, comme à son habitude puisqu’elle détestait dormir, la poufsouffle s'était directement dirigée vers les toilettes afin de prendre une douche brûlante et faire ses ablutions matinales. Ce n’était qu’au retour qu’elle s’était aperçue que Bradley, cette créature horrible, abjecte et obèse qui lui servait de chat domestique, avait encore éventré Porridge, son ours en peluche porte-bonheur, celui qu’elle traînait partout avec elle comme une vrai fillette et que son stupide félin avait élu objet par excellence où faire ses griffe. Ah! Le traitre! Il aurait à faire à elle lorsqu'il daignerait pointer le bout de son gros museau humide. Pas question de lui donner des friandises la prochaine fois qu'il lui ferait des beaux yeux! Pestant contre l’animal, réparant pour la énième fois sa peluche, la rousse avait soudain réalisée qu'elle devait se rendre dans la grande salle pour le petit déjeuné, chose qu'elle fit en courant comme une dératée afin de ne pas être en retard et de devoir jeûné, ce qui était assez fréquent dans son cas.

C'est là que vient le désagrément numéro deux de la journée. En y repensant, elle sentait encore le rouge lui monter aux joues. En plus d'être tombée deux fois dans les escaliers car elle courait trop vite, elle ne put reprendre correctement son souffle une fois assise à la table des poufsouffle car alors même qu'elle s’y asseyait, se versant un immense verre de juste fraise-kiwi et tirant vers elle une assiette pleine à rebord bacon et d’œufs dégoulinant (non, non, Fox ne mange surtout pas ses émotions), une chouette au pelage fauve avait sournoisement déposée devant elle, sans crier gare, rien de moins qu’une beuglante. Elle entrevoyait à peine l’enveloppe cramoisie que déjà, elle se trouvait mal. Tentant de disparaître sous la table, mine de rien, elle comprit que ses efforts pour s’éclipser, ni vue ni connue, étaient bel et bien vains lorsqu’elle entendit résonner aux quatre coins de la grande salle la voix de sa mère, furax. Blablabla Fox et blablabla et re-blablabla. C'est à peine si elle écouta ce que qu'on lui reprochait. Sûrement son T en histoire de la magie, ou encore le fait qu’elle soit arrivé tellement en retard au dernier cours de métamorphose que la cloche avait retentit pour sonner la fin du cours pile au moment où elle pénétrait dans la salle… En fait, sa mère prenant son titre de pire maman poule d’Angleterre très à cœur et lui envoyait ainsi quotidiennement son lot de beuglantes, portant habituellement sur les mêmes sujets : ses notes, ses retards en classe, les créatures étranges qu’elle avait adoptées et envoyées à la maison, ses écarts de conduite, le fait qu'elle n'ait toujours pas de petits ami ou encore simplement pour lui rappeler de s'occuper de sa petite soeur. Merci, maman, de tant d'attention. Fox, habituée aux reproches récurrents, ne les écoutait plus que d’une oreille distraite, même si la gène d’être ainsi pointé du doigt devant toute l’école était toujours aussi cuisante.

La matinée avait poursuivit dans la même lignée désagréable lorsque Fox s’emparant de ses grimoires et autres encriers, s’était dirigée d’un pas trainant vers le cours de potion que d'habitude, elle appréciait, pourtant. C'était sans compter le fait qu'une fois arrivée en classe, elle s’était vu attribué un travail de potion particulièrement ardue à base de dards séchés de billywig et de racines de bubobulb, une plante envers laquelle elle avait une aversion irrationnelle depuis un incident l’année dernière où le pus sécrété par la plante avait fait poussé sur sa peau d’énorme cloques douloureuses la veille d’un rendez-vous romantique avec un beau serdaigle de sixième année...

En après-midi, le cours de Défense contre les forces du mal mis sa patience et son orgueil à rude épreuve, puisqu’elle fut, encore une fois, incapable d’invoquer un patronus digne de ce nom, réussissant seulement à faire jaillir de sa baguette une masse grisâtre ressemblant à une limace particulièrement visqueuse. Le cours suivant était celui d’histoire, cours qu’elle détestait de manière viscérale et dont le professeur Binns à l'enseignement monotone et redondant lui faisant regretter de ne pas s’être inscrite à Durmstang , comme elle en avait caressée le projet plus petite et où, comparativement à ici, les professeurs n’étaient pas de vieux fantômes radoteurs.

Manquant le repas du soir, de trop mauvaise humeur de toute manière pour apprécier celui-ci à sa juste valeur et ayant un besoin viscérale de se défouler pour faire sortir toute la négativité de la journée, elle s’était enfuie vers les serres afin de s’adonner à son activité-défouloir par excellence : le désherbage, le rempotage, le raboutage, bref, la botanique dans tous ses états. Après un long moment passé à respirer l’odeur apaisante de l’herbe et de l’humus, couverte de terre de la tête au pied, le dos courbaturé d’être resté trop longtemps vouté dans la même position, Fox s’arrêta un peu pour souffler avant de se relever, de s’étirer et de contempler le coucher du soleil. Oui, la journée avait été merdique, mais un firmament rougeoyant comme celui qu’elle contemplait à l’instant semblait la promesse d’une nuit bien plus clémente.

Ramassant ses choses, détachant ses cheveux qui tombèrent sur ses épaules en une lourdes cascades de boucles rousse, la jeune fille fit mine de prendre le chemin qui la ramènerait vers le château, quand quelque chose attira son regard un peu plus loin, dans les derniers rayons dorés que faisait danser le soleil sur les herbes longues du parc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nirveli Roy
Poufsouffle
━ « You are who you are ! »
Poufsouffle ━ « You are who you are ! »
Nirveli Roy

ϟ Hiboux : 11
ϟ Gallions : 5025
ϟ « J'aime » : 2
ϟ Entrée à Poudlard : 16/05/2012
ϟ Maison : Poufsouffle
ϟ Baguette Magique : Saule – 26,3 cm – Excellente pour sortilège informulé. Contient de l'épiderme de Manticore

MessageSujet: Re: Invisible, intangible [Pv Niverli ]   24.05.12 3:42

La première partie de la journée avait passé incroyablement lentement pour la pauvre Pouffsouffle. Enfin, non seulement cette journée en particulier, mais toutes celles de toutes les années confondues depuis qu'elle était arrivée à Poudlard. Non pas qu'elle détestait l'école... non pas qu'elle n'était pas travaillante et acharnée... simplement, il y avait trop de gens. Trop de gens partout, ils remplissaient l'école, incitant la pauvre jeune fille à prendre des chemins particulièrement long pour éviter les foules. Tout le monde la regardait, la fixait, la dévisageait, enfin à son sens. Une petite voix dans sa tête aimait lui rappeler qu'elle était paranoïaque, surtout. En réalité le petit peuple de Poudlard se fichait certainement, et éperdument, de ce qu'elle pouvait bien faire de sa vie, mais Nirveli ne le voyait pas sous cet oeil. Elle continuait donc, sans relâche, à suivre les murs. La tête basse, les yeux fixant un peu tout le monde à la fois, mais personne, essayant de faire profil bas... ce qui en fait, attirait inévitablement le regard des plus curieux.

S'installant dans son cours de potion, bien au fond de la classe, le plus loin possible de la porte, Nirveli sortie son matériel et s'installa pour le cours. Écoutant toujours d'une oreille distraite les commentaires du professeur, elle suivit le déroulement de la potion avec un ennui sans borne, bien dissimuler sous son masque qu'elle tentait de rendre impassible. Si certain cours lui donnait envie d'étudier, ce n'était définitivement pas le cas pour le cours de potion. Sa classe, la stressant plus qu'autre chose, la mettait sur les nerfs. Elle détestait l'ambiance du cours, elle détestait se sentir étouffé, sentir la chaleur du chaudron lui brûler le visage alors qu'elle tentait d'ajouter ses ingrédients à sa potion. Elle le détestait tout simplement. Rien au monde ne lui aurait permis d'aimer ce cours. Elle utilisait à contrecoeur les ingrédients, grimaçant à chaque fois qu'il s'agissait d'un composant animal, ne rêvant que du moment où elle pourrait envie quitter sa classe sordide pour s'enfuir à l'extérieur, rejoindre la forêt et s'y enfoncer avec une satisfaction infini et un sentiment de liberté assouvit.

Chose qui arriva bientôt, l'inespéré arriva enfin et le cours prit fin. En moins de deux, Nirveli était déjà hors des donjons et fuyait le plus rapidement possible les couloirs pendant qu'ils étaient encore vides. Elle avait développé cette technique infaillible avec les années. Il faut dire que généralement elle attendait avec tant d'impatience la fin des classes que ses choses étaient toujours bien rangées cinq minutes avant la fin de ceux-ci. Lorsque la cloche sonnait, ou lorsque sa montre lui montrait l'heure, la jeune fille jetait un coup d'oeil aux autres élèves, vérifiant que personne n'avait encore prit les devants de quitter le cours -pour ne pas avoir à le croiser à la porte- et sortait en coup de vent, comme si elle n'avait jamais existé

Potion étant son dernier cours, la pouffsouffle, sac sur l'épaule et Hector dans son cou, se dirigea d'un pas léger et satisfait hors des murs épais de Poudlard. Au loin elle pouvait voir la lisière de la forêt se dessiner de plus en plus nettement à ses yeux et, lorsqu'elle y mit finalement le pied, son coeur arrêta de battre, pour repartir de plus belle. Les joues rosit de plaisir, un sourire s'étirera sur ses lèvres alors qu'elle s'enfonçait dans la lugubre forêt avec allégresse. Enfin libre de ses mouvements, loin des regards inquisiteurs, elle pouvait enfin se permettre d'exister, d'être ce qu'elle était et cela l'emplissait de joie. Elle savait que c'était stupide, être soi-même seule au beau milieu d'une forêt emplie de créatures plus dangereuses les unes que les autres, mais elle ne pouvait faire autrement. Ce n'avait pas été faute d'essayer, elle avait tenté de parler avec certain pouffsouffle... elle en trouvait même certain plutôt charmant! Malheureusement la simple idée d'avoir leur regard posé sur elle faisait avorter pratiquement automatiquement la tentation de les aborder. Elle restait donc loin, au fond de la salle à les surveiller, s'imaginant ce qu'aurait pu être sa vie, si elle avait été dotée du don de la sociabilité.

Hausse les épaules pour elle-même, elle s'arrêta finalement face au petit troupeau de sombral, situé dans une petite clairière de la forêt interdite, et s'approcha d'eux doucement, comme un fantôme.


Go on and steal my breath away
Come on and hurt me more today
I tried to picture my escape
But I'm caught in a prison
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Invisible, intangible [Pv Niverli ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Roi Invisible de Gani Jakupi
» Lamar l'homme invisible
» [AIDE] invisible au sav ?
» UN MAL INVISIBLE
» Signature invisible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AETERNUS★LUMINARE :: Ҩ La Forêt Interdite-
Sauter vers: